Vous êtes ici

Conservation partagée

Plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France

Depuis avril 2004, le CTLes anime conjointement avec la Bibliothèque interuniversitaire de Santé (Université Paris Descartes - Paris 5) le plan de conservation partagée des périodiques de médecine. Ces deux établissements assurent le bon fonctionnement du plan de conservation et mettent en place les outils méthodologiques et de gestion nécessaires à sa réalisation. Outre les deux co-animateurs et la bibliothèque de l’Académie nationale de médecine, les bibliothèques participantes relèvent des services communs de documentation (SCD) des universités suivantes : Université Paris Descartes - Paris 5, Université Pierre et Marie Curie - Paris 6, Université Paris Diderot - Paris 7, Université Paris-Sud - Paris 11, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne - Paris 12, Université Paris-Nord - Paris 13 et Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Comité de pilotage

Le comité de pilotage rassemble au moins un représentant de chaque service commun de documentation (SCD) participant au projet. De plus, un représentant du département de l’information scientifique, technique et des réseaux documentaires (DISTRD) assiste aux réunions annuelles de ce comité. A l’heure actuelle, 23 bibliothèques participent à ce plan de conservation partagée (20 bibliothèques relevant de 7 universités différentes, plus la Bibliothèque interuniversitaire de Santé, le CTLes et la bibliothèque de l’Académie nationale de médecine).
Le comité de pilotage a pour objectif de dresser un bilan des activités réalisées dans le cadre du plan et de traiter toute question relative à son fonctionnement.
Un bilan du plan, réactualisé chaque année, y est notamment présenté.

> Bilan 2016 du plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France

> Bilan 2014 et 2015 du plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France

> Bilan 2013 du plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France

> Bilan 2012 du plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France

> Bilan 2011 du plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France

Modalités

Le Plan de conservation partagée des périodiques de médecine en Île-de-France a pour objectif d’attribuer à chaque titre un pôle de conservation. La bibliothèque qui est pôle de conservation pour un périodique s’engage à compléter autant que possible sa collection auprès des autres bibliothèques participantes prêtes à s’en dessaisir.

Les différentes étapes de fonctionnement du plan, de l’identification des titres de périodiques aux transferts de collections et aux désherbages, en passant par les opérations de récolement et de mises à jour des états de collection, sont détaillées dans un mémento.

Objectifs

Les objectifs de ce plan de conservation partagée sont au nombre de cinq :

  • faire baisser les coûts de conservation des documents en évitant de conserver une multitude d’exemplaires d’un même titre répartis dans plusieurs établissements ;
  • libérer les magasins en permettant un gain de place pour les accroissements à venir ou la réaffectation d’espaces (places de lecture par exemple) ;
  • assurer sur le long terme de façon rationnelle et dans de bonnes conditions la conservation d’un nombre limité de collections pour chacun des titres ;
  • garantir un accès aisé aux collections de périodiques concernées en termes de fourniture de documents ;
  • favoriser le passage au tout électronique pour les établissements qui ne sont pas pôles de conservation dans la mesure où l’archivage pérenne (papier) est assuré par le pôle de conservation.

Plan de conservation partagée en Lettres, Sciences humaines et sociales (LSHS)

Le CTLes co-anime des plans de conservation partagée en LSHS. Un segment a été pour l’instant plus particulièrement travaillé à titre de test : les Arts du spectacle.
D’autres segments sont en cours de développement (Géographie, Philosophie).
Une collaboration avec l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (Abes) a été initiée sur le développement des outils de gestion pour les plans de conservation partagée.